‘Un plus Une’, le nouveau film de Claude Lelouch

un-plus-une

Proposant délicatesse et fantaisie, le nouveau film de Claude Lelouch nous parle de ses amours et des complications qui vont avec.

Lelouch nous propose un ‘remake’ de ‘Un homme et une femme’, Palme d’or à Cannes en 1966. En effet, le titre nous évoque déjà que ‘Un plus Une’ semble proposer la même idée. Il s’agit de ne pas faire une ‘union’, mais de montrer un accompagnement entre deux personnes opposées, affirme le réalisateur.

 

Un contenu différent

En réalité, le contenu est très différent. Effectivement, on y rencontre l’exubérance infantile d’Anna interprétée par Elsa Zylberstein et l’éloquence égocentrique d’Antoine incarné par Jean Dujardin. Le film nous raconte l’histoire d’un compositeur de musique de film, Antoine Abeilard, qui va en Inde pour proposer une autre version de ‘Roméo et Juliette’. Il prévoit d’épouser une jeune musicienne, jouée par Alice Pol, qui doit le rejoindre d’ici peu.

Quand l’ambassadeur, interprété par Christophe Lambert, l’invite à un diner, il s’assoit près d’Anna, l’épouse de celui-ci. Elle se confie à Antoine en disant qu’elle n’arrive pas à enfanter et qu’elle veut aller sur les berges du Gange pour solliciter Amma afin de réaliser son rêve. Antoine qui est tombé sous son charme décide de l’accompagner.

 

L’amour et les complications qui vont avec

Dans ce film, Lelouch évoque l’amour et les complications qui vont avec. Il propose un personnage égocentrique invétéré. Et c’est plutôt réussi avec le charme canaille qu’affiche Dujardin. Sur ce long métrage, on ne retrouve plus Jean-Paul Belmondo. Toutefois, on constate que sa complice propose des répliques qui tombent parfois à plat.

Pour Christophe Lambert, on retrouve sa façon de jouer traditionnelle. À la fin du film, il se demande pourquoi l’amour est l’unique moyen de face au chagrin.

 

Des moments de grâce

Le film nous montre quelquefois des phrases et des scènes déconnectées : la mine décampée d’Anna quand un sage se martyrise rituellement, l’humour régressif d’Antoine… Cela dit, le film propose de bons moments de grâce. On peut voir des images incroyables de l’Inde, des clichés naturels, des éclairages et des successions de plans fixes permettant de combiner le réel et le rêve…