Ajustement budgétaire : quelle place pour la culture dans le Cher ?

vierzon

Les diminutions budgétaires créent un changement de programme culturel dans toute la France. Le Cher n’en est pas épargné. Et à Bourges en particulier, les festivités se font au gré contraintes budgétaires. C’est à se demander quelle place les élus accordent à la culture.

La culture, « variable d’ajustement des budgets » selon les acteurs du secteur

Au vu des contraintes budgétaires importantes qu’ils subissent et de leurs conséquences, notamment l’annulation des divers programmes culturels, les acteurs du secteur culturel dans le Cher doutent de l’importance que les élus du département accordent à ce dernier. Si pour les premiers, la culture fait vivre au quotidien, selon eux, l’Etat la considèreraient notamment comme une « variable d’ajustement des budgets en crise ». Une qualification sans doute crue, toutefois, qui décrit bien les impressions des principaux acteurs du marché, pour lesquels les nouveaux programmes, constituent une bouffée d’air frais. Le maire de Vierzon d’appuyer qu’empêcher les projets culturels, relatifs à la médiation ou à la création, revient, en ce qui concerne les élus, à « ne pas faire leur travail ». Ces derniers devraient alors contribuer à l’éducation à la culture, qui de surcroît doit être « sanctuarisée ».

La culture, déterminante dans l’attractivité d’un territoire

Les contraintes budgétaires et annulations des projets culturels à travers la France suscitent les questions au sujet du réel intérêt des élus pour la culture. Un autre maire vient défendre l’importance de la place de ce secteur sur un territoire, où il forme, avec l’industrie et le commerce, les principaux piliers de l’attractivité. De plus, il affirme que ce marché favoriserait également le tourisme.

Une baisse de 687 000 euros du budget culturel à Vierzon

La restriction du budget culturel alloué par l’Etat à Vierzon s’élève à 687 000 euros. Le maire de la ville classe alors ce budget parmi les budgets dit choisis, regroupant entre autres le sport et la vie associative et sur lesquels les concernés peuvent intervenir. Et si les diminutions sont maintenues par l’Etat, à Vierzon, la vie culturelle continue : pas d’annulation pour les festivals.